Alberto Riva est prêt avec son EdiliziAcrobatica 993 à prendre le départ de la 23e édition de la Minitransat

Un départ sur les chapeaux de roues

La course, la 23ème édition de l’épreuve qui s’élancera le 26 septembre 2021 réunira 84 marins parmi lesquels de futurs grands noms de la voile et d’autres venus réaliser un rêve de mer, de liberté.

Car oui, une traversée de l’Atlantique, sans routage météo par satellite ni aucun contact avec la terre qui plus est, n’a rien d’anodin.

«En dehors des tours du monde, je ne connais pas une course aussi extraordinaire. Il y a autant de vainqueurs possibles que de concurrents au départ», résume d’ailleurs Jean-Luc Van Den Heede, qui compte aujourd’hui plus d’une douzaine de circumnavigations à son actif.

Comme traditionnellement, la traversée s’effectuera en deux étapes, sur un parcours inédit, au départ de la ville des Sables d’Olonne, avec une escale à Santa Cruz de La Palma aux Canaries, puis une arrivée à Saint‑François en Guadeloupe. De quoi garantir à tous une expérience forte, riche en émotions contrastées !

Chez EdiliziAcrobatica, nous sommes prêts à soutenir Alberto dans cette course. Réussir à être au départ cette année était déjà une première victoire pour moi car depuis que j’ai découvert le Mini 6.50, en 2016, j’ai toujours rêvé de participer à cette épreuve, mais mon projet a plusieurs fois été repoussé, d’abord par manque de temps lorsque j’étais étudiant, ensuite par manque de moyens financiers. Aujourd’hui, EdiliziAcrobatica me permet de concrétiser mon rêve ! », commente le skipper qui a lancé la construction d’un Vector 6.50, un bateau dernière génération doté d’une étrave de type Scow, en 2019. « Je pense avoir toutes les cartes en main pour finir dans le Top 5 », note le navigateur, compétiteur dans l’âme, mais aussi tête bien faite. Pour preuve, ingénieur de formation, avec notamment un Master en nanotechnologie en poche, Alberto collabore avec de grandes équipes telles qu’Azzurra (TP 52) puis Maserati (Multi70) au sein desquelles il est en charge de l’électronique embarquée et de l’analyse des performances. Sûr que ces expériences seront aussi un atout pour sa traversée de l’Atlantique !