DEMANDEZ UN DEVIS GRATUIT DÈS MAINTENANT

DEMANDEZ UN DEVIS GRATUIT DÈS MAINTENANT

Comment restaurer un enduit extérieur- EdiliziAcrobatica France

restaurer un enduit extérieur

Comment restaurer le plâtre extérieur ? Cette question s’adresse à tous ceux qui sont conscients du mauvais état du plâtre sur les bâtiments qu’ils possèdent ou gèrent. Après tout, le plâtre est un élément fondamental de tout bâtiment, car il joue un rôle à la fois fonctionnel et esthétique. Fonctionnel car il protège le mur des agents atmosphériques et des conditions environnementales en général. Esthétique en ce qu’il agit comme un revêtement ultime, déterminant l’aspect visuel de la façade.

La restauration du plâtre est considérée à tort, dans la plupart des cas, comme un travail facile, c’est pourquoi de nombreuses personnes s’essaient au bricolage.

Il est donc utile de fournir quelques informations sur les étapes nécessaires à la restauration du plâtre, tout en donnant un aperçu des matériaux et des outils à utiliser.

Restauration du plâtre extérieur : outils et matériaux nécessaires

La première question à se poser est la suivante : quand faut-il procéder à la réparation du plâtre ? Fondamentalement, lorsqu’il semble tellement détérioré que la réparation du plâtre existant ou une tentative de colmatage est futile ou non rentable.

Une intervention est nécessaire dans tous les cas car un enduit, même partiellement dégradé, a un impact extrêmement négatif sur l’esthétique des bâtiments et expose le mur sous-jacent à des risques importants.

En ce qui concerne les outils nécessaires, la restauration du plâtre extérieur ne réserve aucune surprise. Elle nécessite un “équipement” classique. Le ciseau et le maillet pour enlever le plâtre existant, la truelle pour appliquer le matériau, le papier de verre pour raser, la truelle pour niveler la nouvelle couche, etc.

En ce qui concerne les matériaux, il existe de nombreuses alternatives. Une première distinction pourrait concerner la composition du plâtre lui-même.

  • Plâtre à base de chaux et d’argile. Ce mortier garantit une bonne transpiration, une excellente adhésion aux murs et une protection suffisante contre les variations de température.
  • Plâtre à base de chaux et de pouzzolane. La composition de ce mortier est similaire à celle du mortier d’argile, mais il est caractérisé par la présence de pouzzolane, un matériau d’origine volcanique. De ce fait, il résiste mieux à l’eau et à l’humidité. En un sens, il est plus imperméable.
  • Plâtre à base de ciment. C’est la solution la plus efficace car elle combine les mérites de l’argile et du plâtre pouzzolane. La protection contre l’eau et l’humidité, les fluctuations de température et l’adhérence sont donc primordiales.

Une autre hypothèse de classification concerne le plâtre traditionnel et le plâtre pré-mélangé.

  • Plâtre traditionnel. Il s’agit du plâtre “brut”, qui est vendu sous sa forme de base. Il doit être mélangé sur place. Il a l’avantage d’être bon marché.
  • Plâtre pré-mélangé. C’est le plâtre prêt à l’emploi. Il est efficace, car il est vendu en variantes avec des granulométries précises. Cela coûte un peu plus cher.

Enfin, il existe des pansements spéciaux, qui remplissent également d’autres fonctions.

  • Enduit thermique. Il s’agit d’un mortier économe en énergie car il minimise les échanges thermiques internes et externes. Il est généralement fabriqué en verre expansé.
  • Plâtre résistant au feu. C’est un mortier principalement utilisé pour les enduits extérieurs, où le risque d’incendie est le plus élevé, mais il peut également être utile à l’extérieur. En revanche, c’est un excellent isolant en général.

Rénovation de la façade

Procédure de restauration du plâtre sur les surfaces extérieures

La procédure de restauration du plâtre extérieur n’est pas complexe. Elle se compose toutefois de quelques étapes.

  • Enlèvement du plâtre endommagé. C’est-à-dire les parties qui présentent un décollement, des fissures et des gonflements divers. Le but est d’atteindre la maçonnerie en dessous.
  • Humidification de la surface. Il s’agit d’une étape essentielle avant l’application du plâtre proprement dit. Le risque, si cette étape est ignorée ou négligée, est que le mortier n’adhère pas à la maçonnerie.
  • Pose du mortier. Au cours de cette phase, plusieurs couches de mortier sont posées, chacune d’entre elles étant caractérisée par une granulométrie différente. Ils vont du mortier le plus grossier au mortier le plus fin.
  • Finition. La dernière étape est l’application de l’intonachino, qui est un enduit très fin, également esthétique.

Bien entendu, selon le plâtre utilisé, cette procédure peut impliquer une étape supplémentaire : le mélange de mortier, de sable et d’eau.

Combien cela coûte-t-il de refaire le plâtre de l’extérieur ?

Si vous procédez à la restauration du plâtre extérieur en mode bricolage, il n’y a aucun doute : vous économisez de l’argent. Toutefois, pas autant qu’on pourrait l’imaginer. Plus précisément, vous ne devez pas dépasser 50-60%. Dans les deux cas, c’est-à-dire le bricolage et le recours à une entreprise de construction ou à un professionnel, vous payez quelques dizaines d’euros par mètre carré.

Qui contacter ?

Dans ces conditions, et malgré le plaisir que peuvent en retirer les bricoleurs, il est toujours bon de s’adresser à des professionnels pour la restauration du plâtre extérieur.

Des professionnels tels que ceux d’EdiliziAcrobatica.

Chez EdiliziAcrobatica, nous sommes experts en travaux de façade, y compris la restauration du plâtre extérieur. Nous adoptons une méthode particulière : le travail à la corde. Au lieu d’utiliser des échafaudages, nos travailleurs portent des harnais solides et travaillent en suspension dans les airs.


Demandez un devis gratuit

Cela pourrait aussi vous intéresser

Rejoignez notre équipe Vous souhaitez travailler avec nous? Contactez-nous